Original Image 2017
Modified Image 1923

Historique

Satul Banului, la porte d’entrée de la pittoresque vallée de Provita, est le premier village de ceux sis sur les bords de Provita qui rappelle l’atmosphère des villages à flanc de collines et montagnards.

Satul Banului 1918 – vedere de la rapa Soimului

Satul Banului est certifié par des documents en 1526, en même temps que le village Magurenii Stolnicesti. C’est l’aire la plus pittoresque de l’actuelle commune Magureni et il s’est développé jusqu’en 1897 en tant que le village de Magurenii Banului.

C’est une région de colline, pleine de forêts, prés, prairies et rivières. Le village s’est bâti à l’intersection de deux routes commerciales extrêmement importantes, qui dataient de l’époque daco-romaine. La route la plus importante était Drumul Comercial (La Route Commerciale) où les Daces transportaient du sel de Gura Ocnitei par Iedera et plus loin vers Breaza. Cet itinéraire faisait partie de Drumul Matasii (La Route de la Soie). La seconde route, perpendiculaire au premier, est apparue suite à la fermeture de la route commerciale qui liait la Transylvanie à Wallachia par le point de Tabla Butii et suite au développement de Drumul Domniei (La Route du Règne) situé dans la Vallée Prahovei. Le trajet le plus court entre Brasov et Wallachia, le Danube et la Mer Noire était par la Vallée Prahovei, mais, avant 1787-1791 quand les autrichiens étaient en guerre avec les turcs et ils ont construit une route large, le transport se faisait par 9 chemins. Aucun des chemins ne pouvait accueillir une charrue ou un chariot et le transport des marchandises se faisait par des sacs en dos d’âne. Tous les chemins partaient du même point, Timisul de Jos et arrivaient au même point, à Comarnic. De Comarnic, la route longeait la rive gauche de Prahova jusqu’à Campina, où se trouvait la douane. Pour ceux qui voulaient contourner la douane, pas peu nombreux, la Vallée Provitei représentait la meilleure solution. Une fois arrivés sur la rive gauche de Prahova et sortaient de Comarnic, ils tournaient à droite au-dessus de l’eau vers Gura Beliei, Vallée de Tarsei et de là ils continuaient vers le bas par la Vallée de Provita jusqu’à croiser la route commerciale de Targoviste. Une autre route commerciale importante qui contournait les douanes, mais cette fois pour ceux qui partaient de Rasnov,  était Rasnov-Meghes-Paduchiosu-Gurguiatu-Talea-Valea Tarsei-Valea Provitei-Filipesti. Pratiquement tous ceux qui contournaient les douanes en allant ou en revenant d’Ardeal passaient et s’arrêtaient à Satul Banului. A l’intersection de ces routes, extrêmement importantes pendant l’époque médiévale et aussi plus tard, une très belle et grande auberge. Son rôle était d’autant plus important qu’elle se trouvait exactement au croisement des zones de montagne avec celle des plaines, où les commerçant s’échangeaient des passeurs et des marchandises.

Ruinele Hanului de la Dud – 1923

Un marché avait lieu chaque jour devant l’auberge. Il y avait pratiquement tous les commerçants arrivés à ce croisement qui déballaient leurs produits pour les vendre et formaient, de cette façon, un grand et important marché. Autour de l’auberge et des routes commerciales, le village de Satul Banului a commencé à se développer petit à petit sur le versant Ouest.

Après la période du Moyen Age, le village est descendu jusqu’à son emplacement actuel, en suivant les courbures de la rivière Provita.

Pendant la deuxième Guerre Mondiale, la région a été très active du point de vue militaire, plusieurs points de défense antiaérienne se trouvaient sur l’aire du village pour protéger la première raffinerie au monde, Steaua Romana (l’Etoile Roumaine) de Campina.

La région est très riche en gisements naturels, eau thermales, eau salées et, pas de moindre importance, le pétrole. C’est une des rares zones indiquées sur la carte des villages ayant des puits au Musée du Pétrole de Ploiesti. Avant, comme nos ancêtres et nos grands-parents racontaient, dans le village on trouvait des fontaines de pétrole, les habitants allaient récupérer dans un saut, comme d’une fontaine, le pétrole nécessaire pour les besoins de leurs maisons. Les villageois, en bons travailleurs, sont devenus artisans spécialisés dans différents métiers, de menuiserie jusqu’à la production de la chaux. Les meilleurs menuisiers, charrons, tonneliers du pays se trouvaient à Satul Banului.

La région de Satul Banului est aussi riche en champignons des bois extrêmement gouteux et savoureux. Grace à la gastronomie locale riche de recettes à base de ces champignons, mais également au fait que les habitants allaient vendre les champignons sur les marchés des grandes villes, les villageois ont été nommés « buretari ».

Enfin, les habitants du village sont des hommes de valeur qui ont su réfléchir à la construction des plus beaux foyers, mais ils ont aussi su s’amuser, le village ayant un grand nombre de pubs dans l’entre-deux-guerres.

Carciuma lui Ghita Stan Dobre – 1968

Le principal magasin de Satul Banului était celui de Ghita Stan Dobre et se trouvait au centre du village, au croisement des deux routes principales du village. Il était aussi bien magasin que quincaillerie, bistrot et salon de thé. Sur les tables du magasin, il ne manquait jamais les bretzels et les légumes en saumure. Chaque automne, quand les légumes en saumure étaient préparés, dans la cour de Ghita Stan Dobre c’était l’effervescence. Les légumes saumurés se stockaient dans des gros tonneaux. Pour les grandes fêtes comme Pâques, Saint Pierre ou Sainte Marie, la cour du magasin de Ghita Stan Dobre était grand ouverte. On aurait dit une foire. Les tentations étaient nombreuses : le barbecue plein de mici (rouleaux de viande hachée typiques roumains), le terrain de quilles, la multitude de forains qui exposaient leurs marchandises alléchantes surtout pour les enfants. Les enfants pouvaient s’amuser dans une grande roue, quatre chaises doubles qui tournaient autour d’un axe remué par quatre hommes, les adultes dansaient en cercle ou mangeaient des beignets gros comme une assiette. La plus grosse foule était les enfants qui faisaient la queue pour monter dans le manège. Quand ils étaient à court d’argent, les enfants rentraient à la maison où ils demandaient ou piquaient des œufs qu’ils échangeaient contre un tour.

Ghita Stan Dobre

La Maison d’Hôte est bâtie sur les terres héritées de notre arrière grand père Ghita Stan Dobre, célèbre aubergiste du village et grand gestionnaire de parquet d’exploitation. La bâtisse est construite dans le style architectural folklorique wallachien, les techniques et les éléments architecturaux propres à la région sont exclusivement utilisés, ainsi que beaucoup de matériaux récupérés des anciennes maisons, moulins et granges du village.

La propriété de la Maison d’Hôte de Satul Banului essaye de nous ramener à l’atmosphère authentique roumaine des maisons de paysans qui ont vécu sur ces collines, des paysans libres, dignes, habiles et riches. Le foyer se trouvait au milieu d’un jardin complanté de pruniers, pareil que notre arrière grand père Ghita Stan Dobre qui fabriquait de l’eau de vie dans ses cinq chaudrons qu’il possédait.

La légende du village raconte qu’une année, il a fabriquait tellement d’eau de vie, que les vinasses avaient coulé jusqu’au Danube. On est presque sûr qu’ils ne sont pas arrivés jusqu’au Danube, mais nous savons que toute légende a un soupçon de vérité.

La plupart des objets de la maison ont appartenu à notre arrière grand père, comme la Charrette qu’il utilisait l’automne sur la Vallée Provitei pour trouver à acheter des prunes, la selle et le bâton d’équitation, ainsi qu’une partie du mobilier, des meubles authentiques du magasin de notre arrière grand père, construit environ en 1894 et le reste des objets proviennent du village. C’est ainsi que nous avons essayé de préserver l’authenticité de notre Maison d’Hôtes, en tachant de ne pas abimer l’atmosphère avec des objets venant d’autres cultures ou régions.